Archive de la catégorie

Interview

Son métier, créer et chanter

dans Interview par

Pour ce nouveau numéro qui est basé sur l’art nous avons décidé d’interviewer Joana.

Joana est une artiste qui a pour nom de scène June Milo.

Photographe: Lauren-Pasche

C’est une compositrice, autrice et chanteuse. Son style est un mélange de musique pop et folk. Elle travaille sur deux types de langues le français et l’anglais. Elle vit de son projet de June Milo mais aussi grâce à d’autres projets musicaux (Les Pop Corn Ladies, et Tap That Jazz), qui lui permettent de jongler d’une répétition ou d’un concert à l’autre et d’avoir toujours quelque chose en cours. Elle exerce également des voix-off, du doublage, et du chant pour différents studios.

Suite à cette présentation nous lui avons posé des questions sur sa musique, ses ressentis, ses rêves…

Pourquoi as-tu choisi la musique ?

Je ne me souviens même pas avoir « choisi » la musique, c’était comme une évidence depuis toujours. Je ne savais pas concrètement comment cela allait se passer, mais je voulais chanter coûte que coûte !

Après je pense que les musiques que ma mère écoutaient m’ont aussi fait découvrir cette passion, avec les voix d’Ella Fitzgerald ou Maria Callas.

Que représente pour toi la musique ?

La musique représente à peu près tout pour moi. Elle me permet de m’exprimer, elle sert à danser, à pleurer, à rire, à aimer, à détester, à voyager, à oser… Bref elle sert à vivre et ressentir, elle nourrit l’âme !

Comment crée tu t’es musiques (au niveau technique…) et quelles sont tes sources d’inspiration ?

Je pars souvent d’une improvisation, piano-voix. J’enregistre pratiquement tout. Quand un passage me plait, j’essaye de le développer, et de le construire en chanson, avec un couplet, un refrain, etc.

Ensuite je cherche un sujet inspiré par cette musique, et je commence à écrire le texte.

Ça peut aussi se passer dans l’autre sens. Un thème que j’ai envie d’aborder, que j’écris et que je mets en musique.

En fin d’article vous pourrez écouter Winter is not coming de June milo.

Peux-tu nous décrire les sensations que tu as évoquées lorsque tu as sorti tes différents albums ? Y en a-t-il que tu as préféré travailler ?

Sortir un album, c’est vraiment un aboutissement. Une sensation d’être parvenu à son objectif, de l’avoir concrétisé. Au tout début, c’est un projet qui parait énorme, qui est long, avec beaucoup d’étapes différentes : écriture, composition, arrangement musical, quels instruments, puis techniquement ou l’enregistrer, avec qui, quel argent, puis le mixage, le mastering final… Il y a aussi tout l’aspect visuel, le graphisme, les photos, la pochette, le site internet, les réseaux, les clips, etc. Quand on arrive au bout de ça, c’est une sacré fierté !

Le disque sur lequel j’ai préféré travailler est mon EP « Whisper« . J’avais déjà les connaissances de toutes les étapes, grâce à mon premier album « Jelly and Jam », j’étais plus détendue, je savais mieux ce que je voulais, et j’ai travaillé de A à Z avec des personnes formidables, à l’écoute et bienveillantes. Du coup tout le processus a été plus simple, plus rapide, et plus évident.

Photographe: Sébastien Moritz

As-tu des projets en vue, des collaborations ?

En ce moment, je suis sur mon prochain album. J’ai déjà enregistré 3 morceaux et cherche actuellement les bons partenaires pour pouvoir enregistrer la suite et sortir ce disque dans les meilleures conditions possibles.

Est-ce que la popularité est importante selon toi pour exercer le métier de chanteuse ?

La popularité n’est pas indispensable pour vivre de la musique, heureusement. Par contre, elle amène beaucoup d’avantages, permet de faire des choix, de travailler dans de meilleures conditions, d’être moins précaire financièrement parlant, de collaborer avec des pointures, etc. Je pense que beaucoup d’étapes sont simplifiées, c’est sûre.

Quelles sont t’es plus grandes ambitions, rêve en rapport avec la musique ?

Il y a 2 ans on m’avait posé cette question lors d’une interview, et j’avais dit « chanter à l’Olympia« . C’est un peu un rêve « bateau » mais c’était pour moi le signe d’une reconnaissance énorme. Quelques mois plus tard, on m’a proposé d’y chanter !! Le cadre était complètement inattendu, c’était pour la « Soirée Cheloue », des stands up d’humoristes, organisée par la radio Nova avec laquelle je travaillais sur des imitations. J’y ai donc participé et c’est un de mes plus beaux souvenirs de scène !

Photographe: Sébastien Moritz

Si on te demandait de donner un conseil à un jeune qui voudrait se lancer dans la musique ça serai lequel ?

Mon conseil serait de voir ce métier comme tout autre métier. C’est-à-dire de faire les études pour (conservatoire, école de musique, harmonie, solfège, écriture, etc.), puis de connaitre administrativement et juridiquement, comment monter sa boite ou son association (car finalement, on est souvent son propre patron), comment demander des subventions, quels sont les droits dans la musiqueet les organismes qui les gèrent (Droits d’auteurs, SACEM, droits d’interprète, ADAMI, AUDIENS, etc.), se renseigner sur l’intermittence du spectacle, etc.

Aujourd’hui il faut aussi être le plus polyvalent possible. Par exemple, en étant chanteuse, on peut être sur le devant de la scène, mais aussi faire partie des chœurs, jouer d’un instrument, être professeure de musique, écrire ou composer pour soi ou pour d’autres, faire des voix de studios, etc. Tout dépend de nos objectifs ! Mais plus on sait faire de choses, plus on a de chance d’être engagé et de pouvoir en vivre

Pour finir ces questions nous vous proposons d’écouter Winter is not coming!

Bonne écoute :

Vous pouvez la retrouvez sur

Facebook: June Milo

Instagram: June Milo

Youtube: June Milo

Aller en Haut